Comment je m’habille pour aller aux Solidays ?

Pour que Paris reste la capitale de la mode, apprenons ensemble à redéfinir la panoplie du bon festivalier. Oubliez tout ce que vous savez. On laisse son poum-poum short à Sainte-Mariah-Mère-de-tous-les-poum-poum-shorts-Carey pour oser le total look raccord au line-up. Avec un peu de chance et beaucoup d’application, vous parviendrez à attirer l’attention et le respect de vos artistes préférés. Alors soyez gentils, ne gâchez pas tout en bafouillant un « J’adore ce que vous faites. »

VENDREDI 27 JUIN : HOLLYSIZ

La code couleur est simple : vous vous habillerez comme un drapeau égyptien. Noir, blanc et rouge à parts égales, rehaussés d’une crinière dorée. Le pantalon blanc immaculé longueur feu au dancefloor est obligatoire. Enfilez un marcel rouge lipstick et c’est le roulage de pelle garanti. Ponctuez le tout d’une paire de souliers vernis noirs mi-masculin, mi-féminin, mi-chatte et le tour et joué. Le cheveu sera fou-fou et les racines apparentes telle une Debbie Harry reine des platines. Normal, vous avez dilapidé votre budget coloriste dans des leçons de claquettes.

VENDREDI 27 JUIN : SHAKA PONK

Ce n’est pas à un vieu singe qu’on apprend à faire la modasse. Trouver un look pour ce show alta definición c’est comme trouver son nom de drag. Associez le héros de votre enfance à la destination de vos prochaines vacances, vous obtiendrez votre look : Indiana Jones à Formentera, Mad Max à la fête de la bière ou Mary Poppins à Las Vegas. Une chose est sûre, more is more (« Évidemment que tu peux porter un casque de BMX avec ton tutu… », « T’façon je refuse de choisir entre le kilt en dentelle et la perruque afro. », « J’adore ton imprimé patatas bravas! »).

SAMEDI 28 JUIN : GESAFFELSTEIN

Austérité et élégance seront vos mots d’ordre. Ambiance « J’enterre mon styliste. » Vous éviterez donc d’être trop friendly sur la pelouse de Longchamp, c’est très mal vu. De toute façon votre chemise boutonnée jusqu’en haut vous empêche de parler, tandis que les manches über-slim de votre veste vous interdisent toute accolade. La raideur de votre pantalon n’aura d’égale que la rigueur avec laquelle vous secouerez la tête sur le beat.

SAMEDI 28 JUIN : WE WERE EVERGREEN

Vous avez trouvé le prétexte pour rendre hommage à un grand trio du cinéma. Jetez vous donc dans une orgie textile ludique et lubrique qui ferait rougir Jules & Jim. Mutualisez vos garde-robes, éteignez la lumière : le dernier rhabillé paie sa tournée. Deux garçons, une fille, un tas de possibilités. C’est délicieusement absurde, comme un clip de We Were Evergreen.

DIMANCHE 29 JUIN : WOODKID

Ton couvre-chef tu n’oublieras pas et sur lui tout tu miseras. Les tables de la loi fashion de l’artiste 5.0 sont formelles. La casquette est de mise, la barbe aussi d’ailleurs (chères lectrices, vous n’avez plus d’excuse). Pour la couleur vous avez le choix : c’est noir et blanc ou blanc sur noir. Sans chichis ni fioritures, vous la jouerez low-profile. Le t-shirt en coton est simplissime, mais de designer. La basket est simplissime, mais de designer.

DIMANCHE 29 JUIN : CHRISTINE AND THE QUEENS

Ne vous fiez pas au charme discret de ses sombres costumes d’homme d’apparence classique, ils dissimulent sous leur doublure en queer une bonne dose de diva sacrée. Prenez donc soin d’emporter dans votre poche intérieure quelques 6,5 kilos de paillettes pour auto-étoiler votre moonwalk. Mocassins à glands et socquettes blanches oblige, où aviez-vous la tête? Option facultative : un pantalon de smoking bien stretch entre les genres pour faire le grand écart musical.

Vous voilà parés. Maintenant sortez couverts et avec qui vous voudrez.

Je vous aime,
@thoai3000

Plus d’infos : www.solidays.org et www.solidarite-sida.org