Interview : Jeremie Whistler sort de l’ombre…

Alors qu’il vient de sortir son nouveau single Holding On, qui figurera sur son 1er EP Flakes à paraitre le 10 novembre, le jeune chanteur et songwriter Jeremie Whistler sera ce soir sur la scène des Trois Baudets dans le cadre du MaMA Festival. L’occasion de faire le point avec lui sur un début de carrière prometteur…

Jeremie Whistler en interview

On t’a découvert il y a plus d’un an avec Cold Heart. Tu reviens en cette rentrée avec ton 1er EP Flakes. Pourquoi ce laps de temps entre les deux ?

Bonne question ! Le temps est passé tellement vite. J’étais parti pour tout faire tout seul comme sur Cold Heart avec Holding On et Hard to Tell et puis j’ai rencontré Future Prospects qui est un duo de producteurs (Angelo Foley, qui à notamment bossé avec Christine And The Queens, et Rémi Sauzzede du groupe Bois Noirs) avec qui on a pris le temps de faire bien les choses. Je n’avais aucun budget pour mon EP, mais ils étaient super motivés donc ils m’ont consacré du temps dès que cela leur était possible. Et puis il y a eu Hollow qui n’était pas prévu pour l’EP au départ. Aussi, entre le moment ou l’EP était fini et le moment de le sortir il y a 4 mois qui sont passés, car il y avait beaucoup de choses à préparer : un clip, la promo…

Comment as-tu choisi les producteurs et remixeurs de ton EP ?

Pour les producteurs ça a été un peu un hasard. Future Prospects m’ont été présentés pas une connaissance commune et j’ai tout de suite eu envie de continuer avec eux ; d’une part ils sont très cools et puis ils ont apporté beaucoup de richesse à l’EP. Je n’étais pas forcement parti pour bosser avec des producteurs, j’aime bien bosser seul dans ma bulle, mais j’ai été très agréablement surpris par le résultat. Ils ont compris mes intentions et ils les ont exacerbées, enrichies. J’avais fait une séance avec Tepr sur Holding On et le résultat était très cool mais au final il sonnait plus comme un remix pour moi, du coup je lui ai proposé d’en faire un et il a accepté ! Pour Don Rimini c’était une idée de mon manager et j’aime bien l’idée d’avoir des remixes complètement opposés à mon univers.

Tu as décidé de lancer une campagne de crowdfunding pour fiancer le pressage de ton EP. Pourquoi ce choix ? C’est important pour toi de sortir un support physique ?

La campagne Ulule ne servira pas qu’à financer les vinyles, elle participera aussi en partie au financement de la promo de l’EP. Sortir un truc soi-même ça engendre beaucoup de frais inattendus, par exemple j’ai du payer à la SACEM l’autorisation d’exploiter ma musique, je ne m’y attendais pas haha. Pour les vinyles c’est un vrai caprice, j’avais envie d’un bel objet, d’un truc que je puisse garder en souvenir, de l’avoir en main et de me dire « voilà c’est moi qui l’ai fait ». Le digital je trouve que c’est un belle révolution, on peut acheter de la musique et l’avoir instantanément, mais je suis un peu nostalgique des formats physiques, j’aimais tellement les CDs étant ado, découvrir le livret, poser le disque pour la première fois dans son lecteur… Même si aujourd’hui je n’en achète plus.

Qu’attends-tu de ton passage au MaMA Festival ?

J’essaie d’oublier le fait que c’est un festival essentiellement destiné aux pros et je veux juste faire un bon concert !

C’est quoi la vie d’un jeune artiste indé en 2014 ?

C’est un peu galère mais j’ai la chance d’avoir pas mal de gens autour de moi qui veulent aider : Future Prospects avec qui j’ai fait l’EP, Rémy Disch qui a fait le clip de Cold Heart et celui de Holding On qui est en voie de finalisation, mon manager, mon amie Capt’n Super qui a fait mes bijoux de scène et qui m’a aidé sur la scéno et la liste est encore longue. A côté de ça, j’ai aussi un petit job alimentaire, donc je dois jongler. J’ai pas toujours autant de temps que j’aimerais pour écrire des chansons mais au final les choses avancent.

Les prochaines étapes ?

J’aimerais évidemment être sur un label, j’aimerais avoir plus de moyens c’est certain. Pour l’instant je continue à écrire des chansons dans l’idée de faire un album.

Tes derniers coups de cœur musicaux ?

Le dernier album de The Do en boucle ! Il est parfait. Le dernier titre de Melody’s Echo Chamber, Shirim, je ne la connaissais pas avant mais je suis tombé sur ce titre et je suis envouté.

Un guilty pleasure ?

Mon dernier guilty pleasure c’est Chandelier de Sia que j’ai beaucoup chanté, que dis-je, hurlé sous la douche.

Jeremie Whistler, 1er EP Flakes le 10 novembre
FacebookSoundcloud • iTunes

Retour au dossier MaMA Festival 2014