MADONNA : 3 BONNES RAISONS DE REGARDER LE DVD DU « MDNA WORLD TOUR »

Si son dernier album « MDNA », sorti en 2012, n’a pas fait l’unanimité auprès des fans et du grand public, Madonna a enchaîné avec une tournée qui a mis tout le monde d’accord. Ce spectacle au budget pharaonique a rencontré un succès colossal en affichant une fréquentation record et des recettes s’élevant à 305 millions de dollars, devenant ainsi la tournée la plus lucrative de 2012. La Queen Of Pop a pensé à tout et sort le DVD du « MDNA World Tour ».

Voici trois bonnes raisons de (re)voir ce show exceptionnel.

photo_mdna_dvd__stevenklein

01La violence de « Gang Bang »

Réfugiée dans une chambre d’hôtel, la popstar exécute froidement tous les hommes qui tentent de s’approcher d’elle. Cette chorégraphie impeccable rappelle les scènes de vengeances tarentinesques ultra violentes de Kill Bill. L’apparition d’éclaboussures sanguinolentes sur les écrans géants à chaque coup de feu et le monologue final enragé apportent une remarquable dimension dramatique à la chanson.

 

02

Le catfight d’ »Express Yourself »

Vêtue d’une tenue de cheerleader rouge et blanche, Madonna prend la tête d’une troupe de majorettes. Sur ce titre, la chanteuse rend visuellement hommage au pop-art avec la projection en arrière plan d’images de Liechtenstein ou Andy Warhol. Enfin, la chanson se transforme en mash up avec Born This Way de Lady Gaga, qui, souvenez-vous, avait été accusée d’être un plagiat d’Express Yourself. Difficile de savoir si c’est un clin d’œil humoristique ou une véritable mise au point (coucou Corrine) pour rappeler que c’est elle, la patronne. Toutefois, les quelques notes de She’s not me, extrait du précédent album, laissent peu de place au doute quant aux intentions vachardes de la Madonne…

03La renaissance de « Like A Virgin »

Peu après la superbe vidéo d’interlude gentiment SM de Justify My Love, remixée pour l’occasion par William Orbit (à retrouver ci dessous), Madonna a livré une prestation très sensuelle sur l’un des tubes ayant façonné son image sulfureuse, Like a Virgin. Uniquement accompagnée d’un pianiste, mi provocante, mi désespérée, vêtue de sous-vêtements noirs, elle chante les paroles légendaires « Yeah, you made me feel, Shiny and new », allant jusqu’à lêcher de façon suggestive le micro au ras du sol. Cette réinterprétation « piano-voix » à la fois dérangeante et touchante est une franche réussite et un pied de nez à ses détracteurs qui pointent son âge du doigt. Au contraire, Madonna assume plus que jamais sa sexualité et prouve que Like a Virgin est sans conteste une chanson de femme plus que de pucelle.

Verdict

Ce show aura eu le mérite de réconcilier une partie du public avec l’ère MDNA. La setlist est variée et reprend judicieusement plusieurs époques de la carrière de Madonna pour les remettre au goût du jour en préservant une unité visuelle tout au long du concert. On regrettera toutefois le montage saccadé qui donne clairement le mal de mer et la voix parfois trop retouchée. Les mauvaises langues qui attaquent souvent Madonna sur son âge seront contraints d’admettre qu’elle est encore capable de tenir un show physiquement très exigeant.

Comme elle le dit si bien pendant le concert, « there’s only one queen and that’s Madonna ».