Son du jour

Robbie Williams - Sensitive

On a – probablement – tous eu une période Robbie Williams, de durée et investissements variables certes, avant de l’oublier inconsciemment et en garder un souvenir plaisant mais un peu kitsch. Au pic de sa carrière solo en 2000, l’anglais représentait le penchant masculin de Madonna et l’un des rares artistes à se présenter comme boy toy soumis à son addiction au sexe pour faire parler de lui. On garde encore quelques souvenirs de son bassin se frottant contre son lit dans MTV Cribs.

Et puis voilà qu’en 2016, Robbie Williams réussit à se rendre pertinent à nouveau. The Heavy Entertainment Show est un disque inspiré qu’on prend encore plaisir à explorer, quand bien même sa pochette ne donne pas envie d’y croire. Un album réalisé en marge des modes actuelles et sans volonté de rajeunir son image, sur lequel est invité un monde plus beau qu’un tapis rouge du MET Gala : de Rufus Wainwright aux Killers, même Serge Gainsbourg y trouve quelques crédits.

Et puis, surtout, Stuart Price qui y signe un des meilleurs titres de l’année : Sensitive. Ce qui n’est pas surprenant quand on se rappelle que l’homme nous avait offert Invisible Light et Get Outta My Way dans la même année. Des notes subtiles de disco pour un conte sur les âmes esseulées du dance floor, entraînant sans être évident, de quoi vous faire danser en boucle dans cette nuit qui n’en finit plus.