Comme à leur habitude, Brigitte et Emmanuel Macron ont posé leurs valises au Fort de Brégançon pour cet été. A côté des devoirs qui le rappellent de ses vacances, le président de la République se permet de temps à autre quelques moments d’évasion pour s’offrir des petits plaisirs. Et c’est en train de s’amuser qu’il a été surpris en train de faire une énorme bourde ! Une bourde qui ne passe pas…Retour sur cet incident !

De passage au Fort de Brégançon, à l’occasion de cette pause estivale, le couple présidentiel est loin de passer des vacances calmes. Avant de regagner l’Elysée, Emmanuel Macron se permet quelques moments d’évasion en ne manquant surtout pas son rituel d’été, foncer à toute berzingue sur son engin.

Il s’est aussi offert également une soirée entre amoureux autour d’une pizza. Sans oublier leur escapade culturelle lorsque Brigitte et Emmanuel Macron se sont rendus chez le sculpteur Bernar Venet et sa femme Diane, à soixante kilomètres de la forteresse présidentielle, pouvait-on lire dans les colonnes du Nice Matin.

A part ses fonctions de chef d’Etat qui le rattrape jusqu’au Fort, Emmanuel Macron avait dérogé à un arrêté préfectoral maritime de la Méditerranée, comme indiqué par Valeurs Actuelles. Grand adepte de nautisme, l’époux de Brigitte Macron a été aperçu en train de s’adonner à son sport aquatique favori, s’enfourcher sur un jet-ski sauf qu’il s’est aventuré sur une zone qui est interdite à la navigation.

Emmanuel Macron a enfreint aux règlements…


Il s’agit, en effet, d’une réserve marine protégée. Avec sa famille, Emmanuel Macron ont manqué à l’arrêté n° 189/2017 dans lequel sont inscrites les « 6 zones interdites à la navigation et au mouillage » dont la baie de la Palud, précisément sur l’île de Port-Cros.

Il est prohibé de se prêter au mouillage et toute circulation dans les parages, qu’il s’agisse de jet-ski ou encore de bateau motorisé. Le but est unique : « la nécessité de protéger l’environnement marin et de préserver la biodiversité dans les eaux du parc national de Port-Cros ».

Sanctions pénales…


Sur le cliché publié par Valeurs Actuelles, l’on pouvait apercevoir très bien Emmanuel Macron sur son jet-ski à Palud naviguant dans un bateau à moteur de 150 chevaux. Le chef d’État risque donc les peines prévues par le Code pénal puisque l’accès est permis uniquement aux « navires et embarcations chargés de la surveillance et du secours, ainsi qu’à ceux chargés des missions de police ».